VIETNAM: UNE CHAUDE ÉTREINTE

D’après la mythologie Vietnamienne, le pays aurait été fondé par son premier souverain Huong Vuong, en 2879 avant J-C. Annexé et controlé par « l’empire du milieu », la Chine, pendant près de 1000 ans, empreint d’une influence hindoue au Sud, le royaume du Viet-Nam parvient à se libérer de ses chaînes en 938, enfin proclamé  royaume Dai Viet. Quelques siècles plus tard, le royaume connait sa première dichotomie Nord/Sud avec les seigneurs Trinh du Nord et ceux du sud, les Nguyen. Arrive alors, au 17e siècle, les soldats français du pape et leur désir d’évangélisation sur le territoire, qui ont su frayer leur chemin vers la conversion du peuple Vietnamien. Parmi eux, le missionnaire Jésuite Alexandre de Rhodes qui transforma la langue du royaume pour toujours, en collaboration avec les intellectuels du pays. Le christianisme ne perdura pas, les missionnaires ayant été chassé par les empereurs Vietnamiens. Ce n’est qu’à la fin du 19e siècle que Napoléon III décide de renvoyer des troupes afin d’envahir le Vietnam pour de bon, officialisant ainsi la colonisation française.

 

À travers son histoire, le Vietnam n’a eu d’autre choix que de s’affilier aux civilisations dominantes et de s’adapter à leurs idées. Ils parviendront à rejeter l’influence occidentale, suite à la montée au pouvoir du communisme avec la détermination inébranlable de Ho Chi Minh, amenant enfin le pays à atteindre son indépendance. Limité par la guerre Américaine, néo-colonisant le territoire et scindant le Nord et le Sud à nouveau, le Vietnam ne pourra officialiser sa véritable indépendance qu’en 1976, lors de la réunification du pays et de la création de la République Socialiste Vietnamienne. Bien qu’économiquement, le Vietnam se soit ouvert aux relations internationales afin de reconstruire le pays, permettant un libéralisme économique intense, celui-ci est tout de même toujours dirigé par une main de fer, le socialisme restant la force décisionnelle, filtrant également certaines libertés fondamentales. En effet, toute opposition à l’état est punie au Vietnam, le gouvernement n’hésitant pas à déployer les moyens nécessaires pour s’assurer de neutraliser toutes formes de résistances politiques…

 

« Au Vietnam, réfléchir (et l’écrire), c’est déjà presque désobéir. » Vaillant Frantz

 

En dépit d’une urbanisation en expansion, permettant l’émergence de la classe moyenne, le Vietnam reste essentiellement un pays agricole. La structure sociale reste fidèle à tout régime socialiste, tous le pays est traversé chaque jour par le ronronnement de millions de motocyclettes, les voitures étant encore trop onéreuses pour plus de la moitié de la population, elles sont donc réservées à « la classe » plus aisée…

 

Le parcours politique turbulent et compliqué du Vietnam n’entrave pas sa fougue et sa particularité culturelle. De ses vieilles traditions à l’ouverture d’esprit de sa jeunesse, de la nourriture aussi surprenante que variée au train de vie quotidien mouvementé, de la richesse de ses climats et de ses paysages, de son peuple au grand coeur à sa langue aux sonorités fulgurantes, cela compose un joyeux tohu-bohu pour quelqu’un qui a grandi en occident. 

 

La diversité ethnique du Vietnam démontre sa richesse et sa complexité avec 54 ethnies officialisées par le gouvernement, toute ayant leur propre dialecte et paysage culturel. Au travers de ce long voyage, j’ai eu la chance et l’honneur de parcourir les axes majeurs du pays, du Nord au Sud, à travers les villes et villages de montagnes,  près des lacs, des plages et des rizières. J’ai tâché de dépeindre l'expérience aussi brute que possible, touchant aux atmosphères, aux thèmes et aux ambiances de toutes ces régions tout aussi surprenantes les unes des autres. Le Vietnam a été une grande leçon d'humilité et du pardon, c'est un pays au grand coeur, qui vous accueille comme un vieil ami malgré les erreurs du passé... Je laisse à présent à vos yeux, la possibilité de découvrir une vision subjective, un petit fragment d’histoire d’un Vietnam au 21e siècle à travers la sensibilité de mon regard. 

 

Je dédie ces images à Uyen, Lim, Kim, Mai, Min Hue and Nguyen, James, Jean, Ami, and Brendon. 

 

Sa Pa

 

Cat Ba

 

Ha Noi

 

Hoi An

 

Da Lat

 

On the roads

 

Mai Chau

 

Sai Gon

 

Ninh Binh