LES NUITS POLAIRES NORVÉGIENNES

Olderdalen, localité située dans le comté de Troms, répertoriant 322 habitants en 2017, se situant à 70 km de Tromso dans le nord de la Norvège, a été le lieu dans lequel j’ai eu l’opportunité d’expérimenter mes premières nuits polaires, dans un contexte permettant à l’éveil de mon savoir sur la philosophie de la permaculture ainsi que la découverte de la culture et de l’histoire Norvégienne. Pendant près d’un mois en janvier, accueillie par Tor Mikkalsen, dans sa petite ‘hus’ traditionnelle recouverte de neige, j’allais entretenir son habitat ainsi que sa ferme biologique en échange de l’hébergement et de la nourriture. Ce sont deux inconnus, deux horizons différents, deux réalités qui se livrent, entourée des Alpes de Lyngen. 

 

Couper du bois, discuter, faire le ménage, discuter un peu plus, faire à manger, discuter jusqu’à en refaire le monde, philosopher en toute impunité… dans l’obscurité quasi totale, telle a été mon programme quotidien. Lors dès nuits polaires, dans les régions des deux cercles polaires, la lumière se dérobe afin de laisser place à la reine de l’obscurité, la nuit. Elle ne vient pas seule, à Olderdalen, elle s’accompagne de ses amis l’aube et le crépuscule qui viennent délicatement teinter le ciel de ces nuances impressionnistes, observables entre 11:00 et 14:30 chaque jour. C’est alors qu’un spectacle mouvant mariant le bleu, le jaune et le rose, se dépeint pendant trois heures durant. Ces quelques heures de poésie viennent éveiller le cœur et le corps juste avant de retourner dans ce noir épais qui engourdit l’esprit. Il ne va pas s’en dire, que le manque de lumière affecte l’organisme assez rapidement, malgré soi, sans en être conscient dans l’instant, la mélancolie se hisse au travers de ces interminables nuits et berce l’atmosphère à sa façon.

 

Ces photographies illustrent ce séjour à la fois obscur et réconfortant. Habité d’une certaine mélancolie, on y découvre le calme épais d’une région isolée du nord de la Norvège ainsi qu’un fragment d’intimité et du quotidien de l’un de ces habitants. 

All rights reserved © 2020 Noemie Kadaner