MELBOURNE: UN CONCEPT

Melbourne, construite dans la logique des grandes villes américaines, a pour coeur, un ‘Central Business District’ et sa collection de ‘gratte-ciels’ entourés de quartiers pavillonnaires eux-mêmes composés de maisons de style victoriens, du plus aisés au moins aisés. Le ‘facadism’ est un trompe l’oeil. La ville se ressent comme une machine. Les journées s’enchaînent régulées par le traditionnel ‘9 to 5’, couronnées par le loisir et la distraction les weekends ou les jours fériés. Moderne, esthétique, organisée et fonctionnelle, elle a tout de la ville parfaite, pourtant, je m’y suis sentie aliénée. 

 

C’est une ville où le conformisme fait loi. Le sourire y est un outil marketing masquant les faux semblants. La triste histoire de l’Australie se raconte dans les rues du CBD, où on y retrouve les aborigènes, autrefois chez eux, devenus sans abris. 

 

Ces images décrivent une expérience très subjective, dans laquelle l’isolation et la solitude font écho. J’ai été invitée à observer l’esthétique, l’originalité particulière et la bizarrerie de ce lieu. 

All rights reserved © 2020 Noemie Kadaner